RDC : la police réprime des manifestants pour le retrait de la Monusco

RDC : la police réprime des manifestants pour le retrait de la Monusco

RDC : la police réprime des manifestants pour le retrait de la Monusco

/ POLITIQUE / Friday, 30 April 2021 10:10

source photo: depeche.cd

Trois personnes blessées par balle dans les villes de Goma et Beni, 57 interpellations au Nord de la Province du Nord-Kivu et 27 autres au Chef-lieu de cette entité de l’Est de la République démocratique du Congo : voilà le bilan qui s’est muée en manifestation populaire dans différents quartiers de ces entités en avril 2021. Bilan provisoire que livre le mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA-RDC/AFRIQUE) en montant l’inefficacité de la brigade d’intervention neutre des Nations-Unies (FIB) dans l’éradication de l’ADF et autres groupes armés.

La revendication dite pacifique appelait les populations de Goma et Beni à fermer boutiques et magasins pour demander le retrait, si pas l’opérationnalisation des casques bleus de la Mission des Nations Unis pour la Stabilisation de la RDC.

Pendant deux jours sans relâche, la police tente de mater des petits groupes de manifestants, qui s’amassent sporadiquement dans les différents quartiers. Si la tension est perceptible, la police n’a que des balles de dispersions pour essayer de calmer la situation.

Dans certaines villes, la manifestation se serait soldée par un vandalisme contre des quartiers généraux de la Monusco

« Si le peuple congolais vous dit de partir, partez ! Qu’est-ce qui se passe derrière cette résistance à rester le plus longtemps possible en RDC ? Partez ! » peut-on lire dans d’innombrables publications sur la toile et dans les rues de l’Est du pays.

La manifestation semble avoir un fort soutien des Congolais de la diaspora. Cette semaine déjà, ces casques bleus ainsi que des humanitaires ont été la cible des messages remplis d’hostilité populaire dans la région.

En réaction, la veille de cette manifestation, le Gouverneur Carly NZANZU KASIVITA appelait les leaders d’opinion : acteurs de la société civile, acteurs politiques toutes obédiences confondues, groupes de pression, mouvements citoyens et journalistes à sensibiliser la masse contre les violations des droits de l’homme au cours des manifestations pacifiques.

« Nous avons demandé, et bientôt, cela sera effectif, plus d’opérationnalisation de la FIB. Ce ne sont pas les seuls Tanzaniens qui seront sur la ligne, j’annonce la venue des Kenyans, des Malawites, mais cela n’est pas pour autant une raison de s’attaquer à des amis qui nous aident dans ce fléau ADF ! Quand un pays ou une famille est en guerre, il a beaucoup plus besoin d’amis que d’hostilité. Je vous assure qu’il y a encore des secteurs ministériels qui ne peuvent pas résister sans l’appui des humanitaires contre lesquels l’on s’acharne… » a dit le Gouverneur KASIVITA à sa population

Pour la énième fois, ce retrait de la MONESCO, suite à son inefficacité clamée par des masses, est sollicité. 

Il y a quelques semaines Bintou KEITA, nouvelle représentante spéciale du secrétaire Générale des Nations Unies en RDC faisait face à une autre demande de même nature dans la région du Kasaï.

La patronne de la MONUSCO en RDC est revenue sur le slogan de depuis 2015 annonçant un retrait graduel de la mission.

Please publish modules in offcanvas position.