Tchad : L’UE invite la junte à privilégier le dialogue et le consensus avec tous les Tchadiens

Tchad : L’UE invite la junte à privilégier le dialogue et le consensus avec tous les Tchadiens

Tchad : L’UE invite la junte à privilégier le dialogue et le consensus avec tous les Tchadiens

/ POLITIQUE / Monday, 17 May 2021 18:15
source photo: EU NEIGHBOURS

Par Sneiba Mohamed
 

Au Tchad, l’après Idriss Deby se met en place lentement, mais peut-être pas sûrement. L’ambivalence d’un système militaro-politique savamment mis en place par le défunt maréchal du Tchad au cours de 30 ans de pouvoir sans partage constitue le plus grand défi pour restaurer une démocratie qui est pourtant le seul gage de stabilité dans un pays où les alliances tribales ont toujours favorisé le maintien – ou la perte – du pouvoir.

Face à la nouvelle situation qui a conduit un Conseil militaire de transition (CMT) à s’emparer du pouvoir, sous le sceau de l’urgence, après la mort d’IDI, la communauté nationale doit faire preuve de responsabilité pour faire jouer, pleinement, les règles d’un retour rapide à la démocratie. Et, en cela l’Union européenne (UE), partenaire privilégié du Tchad (de la plupart des pays africains) a déjà émis des souhaits et des réserves pour que la transition de 18 mois fixée par le général Mahamat Idriss Deby, autoproclamé président du CMT, aboutisse à la restauration d’institutions démocratiques plus fortes – et surtout plus saines – que celles qui avaient cours au Tchad avant le 20 avril 2021.

C’est en tout cas ce qui découle de plusieurs signaux envoyés par Bruxelles à N’Ndjamena, comme la déclaration de Josep Borrell, Vice-président de la Commission européenne, Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, sur la situation actuelle au Tchad et notamment la répression des manifestations au Tchad. Pour l’UE, « la liberté d’expression et de manifestation doit être garantie et l’action des forces de sécurité proportionnée. La cessation de toute forme de violence est l’une des conditions essentielles pour faciliter un environnement propice au dialogue national, première étape indispensable pour définir les bases d’un contrat social renouvelé. »

Et l’Union européenne de réitérer « l’importance d’un retour rapide à l’ordre constitutionnel et d’une transition civile d’une durée limitée qui doit garantir le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales et aboutir à des élections crédibles et inclusives. »

On le voit donc l’UE est loin d’avoir donné un chèque en blanc au nouvel homme fort du Tchad, le général Mahamat Idriss Deby, qui doit prendre très au sérieux les recommandations de Bruxelles pour un retour à une normalité constitutionnelle que dicte son « attachement à la stabilité et l’intégrité territoriale du Tchad. »

Reçue en audience le 5 mai 2021 au palais présidentiel, une délégation de l’Union européenne conduite par l’Ambassadeur Chef de Délégation de l’UE au Tchad, Kurt Cornelis, a rappelé les mêmes principes démocratiques posés comme socle de la coopération entre deux partenaires de longue date. L’Ambassadeur Chef de délégation de l’Union européenne au Tchad, Kurt Cornelis était accompagné de l’ambassadeur de France au Tchad et des Chargés d’affaires de l’Ambassade d’Espagne et de Pays-Bas. Tout en encourageant le président du CMT, Mahamat Idriss Deby et le gouvernement de transition à privilégier le dialogue et le consensus avec tous les Tchadiens, la délégation « s’est  enquise  des suites réservées aux engagements qui lient le Tchad à l’Union européenne. »

 

Selon la présidence, l’UE qui suit, de très près l’évolution de la situation politique au Tchad s’est réjoui du dialogue entre la classe politique tchadienne et la formation du gouvernement de transition.

Please publish modules in offcanvas position.