Un voile de poussière de sable cloue les avions au sol en Afrique de l’Ouest

Un voile de poussière de sable cloue les avions au sol en Afrique de l’Ouest

Un voile de poussière de sable cloue les avions au sol en Afrique de l’Ouest

/ Santé / Sunday, 28 February 2021 21:47

source photo: oeil d'humanité

Par Dr Léonard NDUWAYO

Conakry, Guinée

Depuis deux jours je suis bloqué à Conakry, la capitale de la République de Guinée en Afrique de l’Ouest. Je devais retourner en France mais tous les vols sont annulés à cause d’un voile de poussière qui sévit depuis le 19 février sur l’Afrique de l’Ouest rendant impossible l’atterrissage et le décollage des avions. Ce phénomène récurrent surtout pendant cette période peut avoir des conséquences sur la santé des populations ? 

Selon l’agence mondiale de la météorologie, il s’agit de poussières issues de la zone du désert du Sahara. Selon les experts, c’est un phénomène relativement récurrent et n’a rien d’exceptionnel en cette saison. Mais ce qui est nouveau, c’est la durée et le fait que les masses d’air circulent très peu. Cela entraîne une accumulation de la pollution dans l’air et une très faible visibilité dans le ciel clouant ainsi les avions au sol. Ce nuage de poussières qui diminue la visibilité a eu un impact sur le circuit aérien notamment en Guinée où on attendait la livraison des vaccins contre le virus Ebola qui devaient être transportés par Air France suite aux quelques nouveaux cas détectés récemment dans le pays. 

Selon les données recueillis par le moniteur de qualité de l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique à Conakry, le niveau de pollution est extrêmement élevé dans la capitale guinéenne. Il est de l’ordre de 479. Cela veut dire que l’air est de qualité très dangereuse pour la santé avec des risques élevés de maladies respiratoires. En effet, les nuages qui couvrent le ciel de Conakry sont chargés de poussière de sable qui, associée à des particules très fines contenues dans l’air déjà pollué des mégalopoles africaines, peut provoquer de sérieux problèmes de santé notamment chez les personnes qui souffrent de pathologies respiratoires chroniques telles que l’asthme, les bronchites chroniques obstructives et la mucoviscidose.  Le port de masque est donc fortement conseillé. Le public est déjà sensibilisé aux mesures barrières contre la COVID-19 (distanciation physique, caméras thermiques, usage des solutions hydro-alcooliques et port de masque obligatoire) et a tiré des leçons de l’épidémie d’Ebola. 

Ce phénomène naturel de poussière de sable venue du Sahara vient s’ajouter à une situation déjà alarmante en Afrique concernant la pollution atmosphérique. Selon l’OMS, l’Afrique est le continent le plus pollué au monde après l’Asie du Sud. Tous les pays africains sont mobilisés pour lutter contre ce fléau de pollution atmosphérique et la Guinée présidée par son Excellence le Professeur Alpha Condé est au rendez-vous.

Please publish modules in offcanvas position.