La famille africaine

La famille africaine

La famille africaine

/ SOCIETE / Thursday, 29 July 2021 13:58

source photo: dreamstime
 

  Par Moussa Diallo

La famille est la cellule de base de toutes les sociétés. La conception de notion de famille est  différente  selon la région ou le continent. En Europe, la famille est  nucléaire. Elle se limite essentiellement qu’aux deux parents et aux enfants (deux au maximum). La famille africaine est étendue. En Afrique la notion de famille intègre la parenté.


Quels sont les membres qui composent  une famille africaine ?

  La famille africaine se compose de plusieurs membres :

  Le père, la mère, les oncles, les frères, les sœurs, les tantes, les grands parents de belle-fille , gendre etc.

Au sein de la famille, tout le monde vit sous le même toit ;  Papa, ses épouses  et ses enfants, les oncles, leurs épouses et leurs enfants , les tantes , les grands parents . Dans de telles situations qui  prend en charge tout ce beau monde au plan alimentaire, sanitaire etc . ? Habiter un même toit  est une réalité mais prendre en charge la nourriture d’ autant de personnes  paraît complexe. Le père  de famille est la personne la mieux indiquée pour s’occuper de ses membres. Le fonctionnaire de la maison peut également  jouer le rôle. Il est de coutume  en Afrique que l’aîné de la famille soit responsable à tous les niveaux .Il arrive des rares fois où c’est l’oncle qui s’occupe des siens. Donc la famille est entretenue par une seule personne. C'est pourquoi , pendant l’hivernage , papa mobilise tout le monde pour les travaux champêtres . Pour la plupart  des familles , les travailleurs sont les plus sollicités . Ils sont d’ailleurs des soutiens de familles . Jeunes travailleurs , la tradition les oblige à s’occuper des siens . C’est une conviction partagée au plan religieux. En fait , il est recommandé aux salariés surtout jeunes de subvenir aux besoins fondamentaux des parents pour émerger (manger, soigner, etc) . L’épargne n’est pas la priorité .

Pendant les fêtes religieuses (Tabaski, Korité , Maoulid,), la pression sociale fait rage . L’obligation est faite d’honorer les dépenses afférentes à la célébration de ces fêtes . A la rentrée des classes , le constat est accablant . Au sein d’une famille , on retrouve une dizaine d’enfants à scolariser. L’achat des fournitures scolaires  est du ressort du seul  travailleur. D’ailleurs nous avons rencontré un jeune salarié . Il nous explique sa peine : « Au début, c'était simple de prendre en charge les gens . Au fur et à mesure que les années passent  économiquement, je ressens le besoin de revoir ma situation . C’était irrespirable. J’eus  l’idée de discuter avec mon papa à qui je fis savoir les risques liés à  une famille nombreuse. L’entassement des gens dans des espaces réduits est la cause de certains problèmes de société pour ne pas dire maladie (la promiscuité, le libertinage,  l’épidémie en cas de maladie etc.). Avec la descendance il devenait quasi impossible la cohabitation quoi qu’en pensent certains conservateurs ».  En Afrique, le constat est le même.

La conception de la famille doit changer. Les gens ne sont plus dans une vie   ensemble où ça va dans tous les sens. Chaque responsable de famille doit pouvoir prendre en charge ses épouses et sa progéniture,  libérer surtout les espaces.

Please publish modules in offcanvas position.