La laïcité à l’école 

La laïcité à l’école 

La laïcité à l’école 

/ SOCIETE / Sunday, 22 August 2021 18:49
source photo: 7*7 Press
 Par Moussa Diallo

La laïcité est au demeurant un terme apparu depuis l’Antiquité et qui a traversé tous les siècles. Elle n’a pris son sens qu’avec l’article premier de la constitution de la France stipulant que « la France est une République indivisible, laïque , démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine , de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. … etc. ». Cette partie de la constitution est reprise par la quasi-totalité des constitutions des colonies Françaises ( Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire, etc.) . En droit, la laïcité est le «  principe de séparation dans l’État de la société civile et de la société religieuse » et « l’ impartialité ou de neutralité de l’État à l’égard des confessions religieuses ». Selon l’encyclopédie, la laïcité est un « système qui exclut l’église de l’exercice du pouvoir » . La laïcité est donc une absence de la main du religieux dans la gestion des affaires de l’État  (organisation politique et administrative).

Transposée à l’école, la laïcité n’a pas perdu son sens . La majorité des écoles africaines sont laïques et démocratiques. Elles ne sauraient en être autrement, car l’école est un lieu où se retrouvent toutes les confessions et toutes les croyances. La laïcité est le fondement même de l’école. Elle assure l’égalité de tous les élèves et de tous les enseignants dans l’établissement et reconnaît toutes les religions. Elle est aussi une liberté de croire ou de ne pas croire. 

En quoi la laïcité est –elle importante à l’école ? 

L’instauration de la laïcité comme principe d’organisation et de gestion des écoles est importante pour diverses raisons.

  • D’abord le respect des cultes et des croyances de son prochain 
  • Le maintien d’un climat apaisé à l’école,
  • Évitement du sabotage et de l’exclusion des minorités,
  • Évitement de la stigmatisation des minorités,
  • Le respect des majorités dans la neutralité etc.

Pour le respect des cultes et des croyances de son prochain, la laïcité est certainement une clef pour les autorités de l’école de garantir à chaque groupe ethnique, à chaque confrérie, chaque confession une existence au sein des établissements sans menace. D’ailleurs beaucoup de systèmes éducatifs ont érigé en règle d’or l’équité à l’école et exigé les tenues scolaires identiques dans les collèges et lycées. A l’élémentaire c’est la tendance. Il est peut-être vrai que ce n’est pas encore généralisé en primaire. 

L’acceptation de toutes les confessions et croyances à l’école facilite l’entente et même la cohésion. Dès lors, les cultes et croyances sont respectés dans la neutralité, la stigmatisation et le sabotage des minorités sont bannis. Cela a comme conséquence le maintien de la paix scolaire. Rien n’est plus important n’est plus importante qu’une paix sociale à l’école. Cette dernière est par excellence un lieu d’éducation et l’émanation de la société ; une société en miniature. Cette paix est transférée dans la société et donne plus d’allants aux rapports entre membres d’une même aire géographique. L’école semble être la copie de la vie en société. 

Quels sont les faits qui peuvent plomber la laïcité à l’école et menacer la paix au sein des établissements ?

Les faits les plus marquants sont le port de tenue aux effigies, la partialité pour appartenance religieuse ou pour toute autre raison ( respect des minorités, respect de toutes les confessions à l’école). Il ne s’agit pas de leur présence dans les enseignements/ apprentissages ; il s’agit de leur garantir le droit d’existence dans l’espace scolaire , étudier dans la tranquillité surtout.

Que faut-il faire pour que l’école reste laïque , démocratique et sociale ? 

Pour cela il faut :

  • Renforcer la vigilance dans et aux alentours dans les établissements pour le respect des actes de laïcité,
  • Sensibiliser élèves et enseignants sur les dangers liés à une absence de laïcité à l’école (intolérance, effritement des relations sociales pour appartenance, stigmatisations, , instauration de climats délétères à l’école aussi bien dans les rangs des élèves que dans ceux des enseignants , violences verbales et physiques dans les espaces scolaires )
  • Établir des relations de confiance entre membres de l’école, notamment entre administrations et administrés ( élèves et enseignants ).
  • Mettre en place des cellules de veille et de gestion des crises à l’élémentaire et l’encadrement des minorités .

Please publish modules in offcanvas position.