La promiscuité en Afrique

La promiscuité en Afrique

La promiscuité en Afrique

/ SOCIETE / Thursday, 26 August 2021 09:45
source photo: The Conversation
Par Moussa Diallo

Selon les estimations de 2016 produites ,l’Afrique comptait 1216 d’âmes éparpillées sur 30000000 de km2. Cette superficie révèle l’immensité du vieux continent. Cette population est toutefois inégalement répartie. En effet les deux tiers du continent sont concentrés dans les grandes agglomérations qui abritent pour la plupart des capitales nationales : Lagos 22829562 habitants disséminés sur 16386 km2 , Abidjan 11155 km2, Yaoundé 13486 habitants km2 et le Caire 9400 km2 pour ne citer que ces capitales. Cette concentration est le fait de la forte industrialisation et de l’existence de la quasi-totalité des infrastructures nationales. Cette situation appauvrit les zones dites rurales avec des espaces exploitables pour l’agriculture , l’élevage et même l’industrialisation. Cela a provoqué de récurrents mouvements de populations. Dans les consciences collectives rurales les grandes agglomérations constitueraient des eldorados où l’obtention de travail est plus aisé. Ce ne sont pas seulement des lieux pour chercher du travail et éliminer le chômage temporel, mais ce sont aussi des espaces propices aux recherches, car le numérique y occupe une place de choix. Les forts déplacements des populations vers les grandes villes ont eu comme conséquences l’implantation de la promiscuité. 

Qu’est-ce que la promiscuité ?

Quelles sont ses conséquences sur les vies des populations africaines ? 

Par définition, la promiscuité désigne une forte concentration de personnes dans des habitations étroites (plusieurs personnes dans une même chambre ou une même maison). Dans les grandes capitales, les foyers sont étroits. Beaucoup de gens se retrouvent dans des maisons trop petites (largeur 10 m , longueur 15 m). Cette situation pose un véritable problème de santé. Comme le stipule l’OMS, les problèmes de santé sont influencés par plusieurs facteurs parmi lesquels la promiscuité dans les habitations en fait partie. Cela prouve nettement que la promiscuité est le fléau des temps modernes du fait de sa capacité à aggraver et à propager de nombreuses maladies. Les populations qui reviennent dans les zones peu fréquentées en provenance des grandes villes emportent les virus. Elles contaminent les populations restées à la campagne. C’est le cas avec la Covid-19 . Aujourd’hui le taux de prévalence est trop élevé du fait des mouvements de populations appelés exodes et du fait de la promiscuité grandissante facteur silencieux, aggravant et créateur d’épidémie et d’autres maux comme le banditisme, la délinquance, la déperdition des mœurs, le proxénétisme, la prostitution.

Que faire pour réduire ou éliminer la promiscuité dans les habitations ?

D’abord il faut se tourner vers la création de nouvelles villes modernes pouvant abriter des industries et des infrastructures de qualité.

Ensuite il serait important de décongestionner les grandes agglomérations et de choisir des communes à l’intérieur des pays pour en faire des pôles urbains. 

Il faut enfin revaloriser et moderniser l’agriculture et l’artisanat au niveau local. Pour revaloriser l’agriculture, les états doivent rehausser les prix au kg d’arachides et le prix de toutes les productions locales pour permettre aux habitants de gagner et taire les envies d’exodes.

Please publish modules in offcanvas position.