La solidarité africaine 

La solidarité africaine 

La solidarité africaine 

/ SOCIETE / Monday, 30 August 2021 15:25
source photo: Projet Fédéral Ouest-Africain

Par Moussa Diallo
 
La solidarité est un mot tiré du latin solidus signifiant « consistant, entier » . Elle est selon wikipedia le « sentiment de responsabilité et de dépendance réciproque au sein d’un groupe de personnes qui sont moralement obligées les unes par rapport aux autres ». 

La solidarité africaine est spontanée et naturelle. Elle repose essentiellement sur le don de soi pour son prochain. En chaque africain germe le besoin d’être solidaire. A l’occasion des cérémonies familiales ( baptême, mariages ou même décès) , les populations apportent leurs soutiens aux organisateurs La solidarité se manifeste principalement dans les villages africains. A cette occasion les femmes apportent des plats  dans une maison pour les générations d’un même âge. Cela est valable pour chaque tranche d’âge. Cette forme de solidarité est devenue une culture . A l’occasion d’une cérémonie nous avons tiré quelques mots du vieux Salif sur la solidarité africaine que voici : 

« L’ Afrique dame le pion à tous les continents en matière de solidarité . Les membres d’un village ne laissent jamais un des leurs sans assistance . Ce serait la honte . Voyez vous –même , des milliers de fidèles acceptent par solidarité de raccompagner un membre de la communauté jusque dans sa dernière demeure .Les gens sont mêmes prêts à sacrifier une journée de salaire . Dans mon quartier la solidarité entre voisin se manifeste très souvent par un don de soi. Les maçons se rendent chez quelqu’un et l’aident à terminer une construction sans argent. Nous nous rendons régulièrement chez un cohabitant en détresse pour le soulager quelque soit son appartenance ethnique ou sa situation sociale par solidarité en temps de fortes intempéries ou disettes . »

Il est évident que la solidarité est un moyen de développement des communautés .En réalité elle permet aux organisateurs de cérémonies d’économiser force et argent.

La coupe d’Afrique des nations de 2002 au Mali a été organisée sous le signe du « diattiguiya », tutorat en bambara . Le diattigui ( tuteur) a sous sa charge certaines délégations . ce fut le cas et le projet a tenu toutes ses promesses . Il s’agit pour la plupart des supporters . Au Sénégal on parle de téranga . La téranga a beaucoup d’influence sur la vie des sénégalais . Cette hospitalité est une forme de solidarité entre voisins . Les étrangers sont bien traités( on leur offre leurs premiers repas et leur propose un hébergement pour ceux qui sont en difficulté) . Cela paraît étrange mais c’est courant .A la fin de trois jours d’hospitalité , il est demandé à l’étranger de se trouver une maison ou lieu pour son hébergement.

De nos jours et compte tenu des inégalités sociales , il est nécessaire de pratiquer la solidarité sous toutes ses formes au sein des groupes sociaux . Cela doit être valable durant les fêtes nationales, familiales et religieuses. Ces fêtes engendrent beaucoup de ressources (financières et matérielles). Peut-être que certaines fêtes n’ont aucun caractère obligatoire. Il faut donc se conformer à ce que semble dire l’adage « se contenter non pas de ce que l’on a mais se contenter de ce que l’on peut avoir » pour ne pas toujours compter sur la solidarité pour organiser ses fêtes. 

Dans les pays en voie de développement, la solidarité est une nécessité. Elle permet de bonifier les ressources disponibles en consacrant moins d’efforts. La solidarité peut se lire à travers une assistance de son prochain en détresse mais aussi à travers ce que les ouolofs appellent communément « diappal ma diap » qui signifie que chacun s’y mette , le don de soi.

Please publish modules in offcanvas position.