Afrique: inadéquation entre formation et Emploi

Afrique: inadéquation entre formation et Emploi

Afrique: inadéquation entre formation et Emploi

/ SOCIETE / Saturday, 27 November 2021 21:58

source photo: UN News

Dans une société digne de son nom, les formations proposées doivent-être l'expression d'une volonté de répondre à une exigence. Ce qui implique le lien nécessaire entre la mission de son système éducatif et la satisfaction des demandes du marché. Tel n'est pourtant pas le cas dans certains pays du continent africain. Qu'est-ce qui est à la base de cette inadéquation? Et comment y remédier?

Les demandes d'emploi se comptent par millions en Afrique, ce qui, semble-t-il, est à la base des disparités croissantes qu'on peut remarquer dans certaines régions.

L'Afrique du Nord a connu un taux de chômage très élevé en 2019, soit 12,1%, selon l'Organisation Internationale du Travail(OIT). Autrement dit, environ 8.1 millions d'habitants étaient à la recherche du travail pouvant les aider à répondre à leurs besoins et à ceux des membres de leur famille. Si l’Afrique subsaharienne présente une bien meilleure situation, pas moins de 300.000 personnes par pays enfilent leurs CV chaque année dans ce même objectif, à en croire l'instance internationale.

Cette situation laisse voir que malgré les taux de croissance, la création d'emploi est encore l'un des maillons faibles des politiques de bon nombre d'États africains. Ce qui fait que les ressources générées ne sont pas conséquentes pour couvrir les dépenses liées à la création des emplois.

Et, face aux nombreuses crises pré-électorales et postélectorales dues à des soupçons de corruption dans les institutions électorales que font face ses sociétés, certains investisseurs peuvent avoir du mal à y investir. À cela s’ajoutent les prises de pouvoir par des voies anti démocratiques qui font défaut dans certains endroits, notamment au Mali, en Guinée et en Ethiopie. Or les créateurs d’entreprises ont besoin de stabilité.



Et si les systèmes éducatifs formeraient des chômeurs?

Comme on peut le constater, après les études, il est difficile de trouver un emploi. Les profils de sortie ne garantissent pas une qualification. Il y a un véritable problème entre la formation reçue et les emplois offerts sur le marché. Nous pouvons dire que les systèmes éducatifs forment ou créent, eux-mêmes, des chômeurs, dans la mesure où les formations ne s'accordent pas aux besoins du marché de l'emploi, et qu'elles n'offrent pas de perspectives d'entrepreneuriat aux apprenants.

Combien de jeunes sont titulaires d'un master 2 en Afrique ? Les diplômes universitaires sont arrimés à un domaine spécifique et ne garantissent pas une qualification pour les marchés de l’emploi.

Que faire?

En Afrique, beaucoup de pays ont connu des réformes et la formation professionnelle occupe désormais une place de choix dans les politiques gouvernementales. Cependant, le regard porté sur cette formation professionnelle laisse planer des doutes. En effet, les écoles de formation techniques n’ont pas de moyens pour faciliter la formation des jeunes. Les centres de formation ne sont pas nombreux. Les étudiants y vont sans conviction. Les États ne donnent aucune garantie de recrutement après la formation et un BTS en poche.

Il faut multiplier les centres de formation professionnelle, leur donner des formations de qualité en adéquation avec les emplois offerts par le marché du travail, revoir les critères de recrutement et mettre l’accent, dès l’élémentaire, sur la formation pratique. Pour cela, il faut des personnels qualifiés pour certains corps de métiers dans les écoles avec des salles de classes spécialisées. L’Afrique doit repenser sa politique d’emploi. Les gouvernements africains devraient revoir les investissements en faveur de l'emploi des jeunes en créant des fonds d'aide afin de leur faciliter des accès aux crédits.





Moussa DIALLO

Please publish modules in offcanvas position.