Migration: si l'Europe est réticente, le Canada y voit un élément essentiel de son économie

Migration: si l'Europe est réticente, le Canada y voit un élément essentiel de son économie

Migration: si l'Europe est réticente, le Canada y voit un élément essentiel de son économie

/ POLITIQUE / Monday, 06 December 2021 19:20

source photo: SICRI CANADA

 

Par Jeff THES

Si la question de la migration est très tendue en Europe, le Canada souhaite en faire un élément important de son économie. Ce pays de l'Amérique du Nord envisage même de dépasser la barre des 411 000 migrants préalablement visée pour l'année prochaine. Toutefois, il y a différents critères à remplir :

« Nous sommes plus que prêts à atteindre notre objectif de 401 000 (migrants) pour l’année, ce dont beaucoup de gens doutaient. L’immigration a été primordiale pour atténuer les répercussions négatives de la pandémie sur l’économie et aidera à composer avec certaines des pénuries de main-d’œuvre à l’avenir. Le ciblage d’un bassin de talents qui existe à l’échelle mondiale pour combler les lacunes de la main-d’œuvre canadienne doit faire partie de la stratégie », a déclaré le nouveau ministre Canadien de l'Immigration Sean Fraser.

Une preuve de la reconnaissance de l'apport de la migration à l'économie du pays. Ce qui explique la sensibilité du gouvernement de Justin Trudeau à ce sujet.

Et pourtant, jusqu'au 18 novembre dernier environ 4000 migrants étaient bloqués à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. Une situation qui, en dépit des pourparlers qui sont envisagés entre l'Union européenne et la Biélorussie, attire des critiques. Les nouvelles vagues du Covid-19 sont un bon prétexte pour les dirigeants de certaines puissances de l'Europe de durcir leurs politiques de migration.

Canada, une terre d'accueil

Si l'administration du président Joe Biden se montre un peu dure dans sa politique de migration face aux derniers flux de migrants sud-américains et caribéens qui arrivent à ses frontières, le Canada souhaite accueillir beaucoup plus de gens que d'habitude.

Le ministre Fraser qui reconnaît que "l'immigration est essentielle à l’économie canadienne" avait profité de la semaine sur l'Immigration en début de novembre pour rappeler que le gouvernement canadien avait pris des mesures pour adapter aux professions recherchées sur le marché du travail dans le pays dans le cadre de leurs programmes d'accès de la voie de la résidence temporaire à la résidence permanente destinée aux ressortissants des pays francophones, selon les propos rapportés par Canada.ca.

L'Immigration au Canada est plus ou moins sélective. Bien qu'on ne puisse écarter la possibilité qu'il puisse y avoir certaines particularités liées à des couloirs humanitaires où les autorités peuvent être moins exigeantes. Comme c'est le cas lorsque le gouvernement avait manifesté sa volonté d'accueillir plusieurs milliers d'Afghans suite au retour des talibans au pouvoir.

La crise migratoire que connaît le monde actuellement peut-elle être résolue avec la question de l'accueil d'une quantité X d'immigrants ? Ne devrait-on pas envisager une sorte d'entraide pratique visant à apporter une réponse aux différentes crises économiques qui sévissent dans les pays dont viennent la plupart des demandeurs? Et si encourager les gens à l'entrepreneuriat était un élément clé dans la gestion de ce problème?

Please publish modules in offcanvas position.