Jean Claude KIBOMBO annonce son nouvel album : LISO

Jean Claude KIBOMBO annonce son nouvel album : LISO

Jean Claude KIBOMBO annonce son nouvel album : LISO

/ DIASPORA ACTUALITE / Saturday, 02 January 2021 21:15

En prélude de cet opus, la star de la Rumba congolaise, qui a son quartier général dans la ville de Goma, à l’Est de la République Démocratique du Congo, vient de sortir un single « feu du camp »

La fin de l’année 2020 a été pour l’artiste musicien Jean-Claude KIBOMBO dit JC, un moment crucial pour relancer sa carrière après une année d’attente, la sortie de son album ayant été freinée par la flambée des cas de coronavirus en nette flambée en République Démocratique du Congo, particulièrement dans la région du Nord-Kivu, deuxième foyer de la pandémie après Kinshasa, la capitale du pays.

Le patron du groupe « LA COURS DES GRANDS », au cours d’un entretien qu’il nous a accordé, confie avoir lancé sur le marché du disque son nouveau single «feu du camp », sorti le 18 décembre à la suite d’une année de tumultes.

« Feu de camp » est un terme qui trouve son origine au sein de la jeunesse scout. Il évoque le lieu de rassemblement de cette catégorie sociale qui observe le feu qui brûle haut dans l’égaiement. Dans la tradition de la région, c’est un endroit où l’on va allumer le feu afin de palabrer », explique l’artiste de renom dans la ville de Goma, capitale touristique du pays, qui confie que sortir le titre de « feu du camp » est un signe de souvenir et de rappel à l’unité.

Pour lui, c’est une façon de réunir les 11 anciennes provinces avant que le pays n’en connaisse de nos jours 26, chaque acteur de la vie sociale en ce

qui le concerne représenté, en vue de palabrer et résoudre les problèmes cruciaux qui rongent la nation.

JC KIBOMBO, bien au-delà de chanter des thèmes qui cadrent avec l’amour, vient de décider, d’aborder, cette fois, une question d’éveil de la conscience humaine.

« Dans la ville de Goma, la musique est une culture qui se vend progressivement, au fur et à mesure des sacrifices énormes. Certes, il est encore un grand pas à franchir mais, déjà, le niveau d’intéressement des mélomanes paye », laisse entendre JC, réagissant à la question de savoir si de nos jours les stars peuvent vivre de leur plume.

Entre temps, la question de réalisation des tubes qui soient acceptables sur l’échiquier international coûte encore plus cher comparativement au revenu des artistes de la ville, soulève celui que l’on appelle, dans la région, « Professeur ». JC KIBOMBO confie par exemple que pour sortir le seule titre de « feu du camp », il lui a fallu débourser plus de 3000 dollars, hormis les charges de promotion qui sont à pourvoir, ce qui est, de loin, difficile à supporter par rapport au marché des mélomanes.

Malgré les lourdes charges de production, l’artiste KIBOMBO annonce le troisième album de sa carrière musicale : LISO, l’équivalent en langue nationale de « l’œil », un opus de souvenir qui parlera essentiellement de la vie d’un artiste congolais qui n’a pas eu besoin de voyager pour la capitale comme condition requise pour émerger sur le plan international.

Liso est donc la marque de son autobiographie qui est au four et JC n’écarte pas de potentiels featurings pour raconter l’histoire d’une star qui émerge à partir de l’arrière-pays et non l’inverse.

Please publish modules in offcanvas position.