Médecine traditionnelle : une panacée ou un danger pour la santé publique ?

Médecine traditionnelle : une panacée ou un danger pour la santé publique ?

Médecine traditionnelle : une panacée ou un danger pour la santé publique ?

/ SOCIETE / Thursday, 20 May 2021 20:04
source photo: Africanews

Par Moussa Dialo 
Selon la définition officielle de l'OMS, la médecine traditionnelle « se rapporte aux pratiques, méthodes, savoirs et croyances en matière de santé qui impliquent l’usage à des fins médicales de plantes, de parties d’animaux et de minéraux, de thérapies spirituelles, de techniques et d’exercices manuels – séparément ou en association – pour soigner, diagnostiquer et prévenir les maladies ou préserver la santé ». Elle consiste à s’adonner à des méthodes de traitement et de prévention de maladies chroniques avec l’utilisation d’instruments peu conventionnels. Elle est basée sur la valorisation de produits naturels comme les feuilles, les écorces et les racines pour fabriquer des médicaments. La pharmacopée est une pratique très courante en Afrique de l’Ouest, elle mobilise des milliers de guérisseurs à travers l’Afrique subsaharienne. Les modes de fonctionnement sont différents selon les pays. La médecine traditionnelle a connu et connaît une montée fulgurante du fait de son coût peu onéreux et des résultats obtenus. Le traitement de personnes malades dû aux esprits maléfiques ne peut en aucun cas se faire dans les hôpitaux. De fait, en Afrique et particulièrement au Sénégal, aller voir des guérisseurs, guérissant toute sorte de maladie est devenu la norme.
Pourquoi la médecine traditionnelle est-elle indispensable ? A bien des égards, les guérisseurs traditionnels ont toujours occupé le milieu de la pharmacopée avec ou sans autorisation. Certaines maladies constituant des fléaux des temps modernes liés à la consommation abusive de bouillon ne trouvent de remède qu’auprès des guérisseurs. Les docteurs et les agents de santé ont décrié haut et fort cette liberté donnée aux charlatans de soigner. Au Sénégal, le gouvernement à adopter une loi très controversée réglementant son « exercice et sa pratique.
La médecine dite traditionnelle paraît dangereuse du fait de son caractère informel. Elle est pratiquée par certaines personnes, qui n’ont ni les compétences ni l’autorisation de l’exercer. Les posologies indiquées rendent très souvent de mauvais résultats. Dans la plupart des cas, il y a surconsommation des tisanes, des écorces et des feuilles ou une aggravation de la maladie. Certains produits se prennent par infusion. La quantité à absorber est inconnue du guérisseur. Le danger de la médecine traditionnelle réside aussi dans son mode de fonctionnement : il n’est pas scientifique. Les médicaments sont vendus dans les rues à l’air libre. Ceux qui la pratiquent disent pouvoir soigner toute maladie (infection urinaire, asthme, diabète, lésion cutanée appelée en wolof « ndoxum siti »). Sur ce point très précis, il serait démesuré de soutenir avoir des remèdes contre toute maladie. Nous nous sommes rendus chez un guérisseur qui affirme avec beaucoup d’assurance pouvoir soigner beaucoup de maladies. Il nous montra un sachet contenant une poudre à mélanger avec du citron et du lait caillé pour soigner la chaude pisse, des écorces pour venir à bout de maux de ventre etc. Nous avons profité de l’occasion pour lui poser quelques questions. Depuis quand tu fais ce métier ? Comment tu as commencé ? As-tu appris les secrets qui entourent la vente des médicaments et leurs choix ? Est-ce que tu parviens à nourrir ta famille avec le métier ? Est –il vrai que tu peux soigner toute maladie ? Voilà ses réponses : «  Le regard négatif que la société a de nous est inacceptable. Ce métier, je l’ai hérité de mes parents. La pharmacopée peut s’apprendre, mais vous devrez au préalable y être autorisé par les ancêtres. On vous révèle les noms des arbres et des plantes tout en vous donnant leurs vertus thérapeutiques. Quelquefois, la perception n’est pas bonne. Les guérisseurs ne soignent pas tout. Il nous arrive de dire à un patient de se rendre à l’hôpital. Nous n’avons pas réponse à tout. J’exerce ce métier depuis quinze ans. Je n’ai jamais donné de faux espoirs à un malade. Je nourris ma famille avec. » Les praticiens vendent leurs produits sans crainte tout en sachant qu’ils ne sont soumis à aucune convention. Pour certains, la loi permet d’organiser davantage le secteur et de minimiser les risques. Cette loi serait peut-être contraignante. Elle autorise, mais veille sur les produits à vendre et les locaux qui accueillent la vente.
En somme, il faut dire que la pratique et l’utilisation de la médecine traditionnelle peuvent s’avérer dangereuses par endroits du fait de son caractère informel, mais elle est aussi une panacée si elle est bien encadrée par la loi.

Please publish modules in offcanvas position.