Université d’été du Medef : 400 chefs d’entreprises africains présents à Paris

Université d’été du Medef : 400 chefs d’entreprises africains présents à Paris

Université d’été du Medef : 400 chefs d’entreprises africains présents à Paris

/ SOCIETE / Wednesday, 25 August 2021 14:13

A l’air libre ! Les universités d’été du Medef, première organisation patronale française, pour cette année 2021, ont choisi un cadre ouvert, pandémie oblige, pour accueillir les quelque 400 chefs d’entreprises venant des pays francophones pour des échanges B to B dans le cadre de la Rencontre des Entrepreneurs Francophones (REF21). Pour les organisateurs de cette kermesse d’affaires et d’échanges, il s’agit là d’une « grande respiration et une promesse d’avenir alors que nos libertés, crise sanitaire oblige, ont été rognées, écornées, rythmées par des attestations et des injonctions. »

Cette rencontre qui a commencé le mardi 24 août sera « ouverte comme jamais sur le monde » sous le thème accrocheur de : « la Rencontre des Entrepreneurs Francophones », avec des délégations venues de quatre continents, des chefs d’Etat et des personnalités de premier plan pour sceller une communauté francophone d’affaires unique au monde.

Cette édition 2021 s’annonce exceptionnelle, avec un village de partenaires élargi, la possibilité de multiplier les rencontres d’affaires et surtout de participer et célébrer ensemble la force d’entreprendre.

Le Medef – la France de façon générale – veut tirer profit de l’énorme poids économique de la francophonie : 16% du PIB mondial. Avec 220 millions de locuteurs dans le monde, 770 millions anticipés dans 30 ans. Le potentiel économique de l’espace francophone est énorme et bien documenté depuis des années. Paris qui est en concurrence sur le continent africain non seulement avec des « rivaux » européens (Allemagne, Espagne, Belgique, Italie, Royaume Uni) mais aussi avec des « arrivants » comme la Chine, l’Inde, le Japon et les Etats Unis, cherche à développer son potentiel de croissance en misant sur ce genre d’initiatives où l’économie prend le pas sur la politique.

« Si on souhaite que le français soit appris, il faut en faire une langue utile. Et une langue utile, c’est les flux commerciaux, c’est les investissements croisés, c’est les créations d’emplois », explique Fabrice Lesaché, vice-président du Medef et artisan de cette rencontre inédite. « On veut orienter cette francophonie sous l’angle économique avec les entreprises au cœur. »

Les États africains francophones seront particulièrement bien représentés lors de ces deux jours. Des politiques africains de premier plan comme le président malgache ou le Premier ministre de Côte d’Ivoire mais surtout près de 400 dirigeants d’entreprises et d’organisations patronales venus d’une quinzaine de pays du continent.

Sneiba Mohamed

Please publish modules in offcanvas position.